L'Agriculteur Charentais 08 février 2018 à 01h00 | Par Guillaume de Werbier

BSV : Une meilleure analyse du risque avec des observateurs à l’affût

Mardi 30 janvier, les observateurs de terrain Poitou-Charentes pour le Bulletin de Santé du Végétal Grandes cultures se sont réunis au lycée agricole Venours.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les départements de l’ex-Poitou-Charentes compte 80 observateurs pour le BSV Grandes cultures.
Les départements de l’ex-Poitou-Charentes compte 80 observateurs pour le BSV Grandes cultures. - © VR

Présenter l’état sanitaire des cultures, l’évaluation du risque phytosanitaire, des messages réglementaires : c’est l’objectif des Bulletins de Santé du Végétal, rédigés à l’attention des professionnels des différentes filières végétales, pour qu’ils puissent plus facilement raisonner leur interventions phytosanitaire. La qualité et la précision des contenus de ces bulletins reviennent sont dus en grande partie aux réseaux d’observations des bio-agresseurs mis en place pour renforcer la surveillance biologique du territoire (SBT) dans le domaine du végétal (Plan Ecophyto 2018).

Lire la suite dans notre édition papier du 9 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.