L'Agriculteur Charentais 26 mars 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Caisse des Charentes : Un quinquennat qui a déterminé le prochain quinquennat à venir

Dans la même journée, on faisait le bilan de l’année, dresser les perspectives sociales à venir, opérer l’élection du conseil d’administration et son président.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Journée particulière, vendredi à Cognac, où la caisse des Charentes de la MSA se livrait à un exercice complexe : faire le bilan de l’année écoulée, dire comment on voyait l’année 2015 en matière sociale et de santé, faire le portrait de MSA services, mais aussi convier les 552 délégués à élire suivant leurs collèges leurs représentants au conseil d’administration, qui eux-mêmes éliraient dans l’après-midi leur président. On ajoute pour faire bonne dose que l’on a aussi greffé sur cette assemblée générale, celle de l’ASTA (médecine du travail). Et in fine, la fumée est sortie blanche de la réunion du nouveau conseil d’administration: Patrick Couillaud a été réélu à la présidence de la caisse des Charentes. Il est vrai que si le dernier mandat avait la lourde tâche de réaliser pleinement la fusion, celui qui débute considère cette fusion acquise et doit plutôt faire face à des contraintes budgétaires et d’encadrement sans précédent, comme le rappelait, chiffres à l’appui, Edgard Cloerec. 12 postes en moins en 2014, sans trésorerie propre, même avec une adhésion forte des personnels au projet d’entreprise, l’exercice est ardu. «En 2010, nous avons fait le choix d’une organisation susceptible de développer la proximité sur les territoires des Charentes en s’appuyant sur dix comités d’agence et 67 échelons locaux» soulignait Bernard Jolivet, le vice-président, réélu lui aussi.

Lire la suite dans notre édition du 27 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui