L'Agriculteur Charentais 04 septembre 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Campagne : Fin juillet, - 7,1 % de cognac

Le bilan donne une tendance baissière, mais mieux vaut regarder le comportement de chaque marché.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Dresser le bilan d’une campagne. Même si l’année civile prend e plus en plus d’ampleur. Selon le dernier communiqué chiffré du BNIC, «après trois campagnes records, les expéditions de Cognac enregistrent un recul de 6,7 % en volume et 10,2 % en valeur sur les 12 derniers mois.» Dans le détail, «les expéditions atteignent pour cette nouvelle campagne 155,5 millions de bouteilles soit 435 358 hectolitres d’alcool pur, avec un chiffre d’affaires toujours élevé de 2.2 milliards d’euros (3ème année historique).» On se console comme on peut en prétextant que le cognac reste une «contribution majeure pour les exportations françaises du secteur Vins et Spiritueux». Ce qui est une réalité. Tous les marchés ne sont pas logés à la même enseigne : «belle dynamique» en Amérique du Nord, «recul» en Extrême-Orient et en Europe, «bons résultats» en Europe de l’Est.

Lire tous les chiffres dans notre édition du 5 septembre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).