L'Agriculteur Charentais 17 mai 2018 à 09h00 | Par Nicolas Ehrhardt

Caprin : Eviter les pertes dues à la paratuberculose caprine

La paratuberculose caprine peut être maîtrisée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une enquête a montré que 75 % des élevage picto-charentais présentaient au moins un animal touché par la maladie.
Une enquête a montré que 75 % des élevage picto-charentais présentaient au moins un animal touché par la maladie. - © AC

La paratuberculose est très largement présente dans les élevages caprins. Une enquête de l’Anses a montré qu’environ 75% des élevages du territoire de Poitou-Charentes présentaient au moins un animal séropositif. En abattoir, l’OMACAP (Observatoire régional des maladies caprines) a constaté que 22% des caprins présentaient des lésions intestinales dues à cette maladie.

Lire la suite dans l'édition du vendredi 18 mai 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
6 428
Selon l’estimation de l’Observatoire régional de l’agriculture biologique (Orab), pour 2018, les chiffres laissent présager une croissance du nombre d’exploitation bio en Nouvelle-Aquitaine. D’ici la fin de l’année entre 1 100 et 1 200 nouveaux engagements (936 au 1er octobre) devraient être comptabilisés. Ce qui ferait un total de 6 428 exploitations bio.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui