L'Agriculteur Charentais 14 avril 2016 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Caprins : Donner des perspectives d’avenir aux éleveurs caprins

Le syndicat caprin 17 réclame une augmentation du prix du lait de chèvres et un vrai étiquetage. Autant de mesures qui permettraient d’envisager un autre avenir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
James Guionnet , président du syndicat caprin 17
James Guionnet , président du syndicat caprin 17 - © AC

Certes, James Guionnet, le président du syndicat caprin 17 ne s’avoue pas vaincu, mais tout de même il y aurait de quoi ! Au cours de l’assemblée générale, le 22 mars, à St Cyr du Doret, il a rappelé que «le prix du lait de chèvre a très peu progressé en 2015 (634 E les 1 000 litres,)  au regard des besoins exprimés par la profession pour compenser les niveaux de charge élevés.  L’augmentation du différentiel annuel (saisonnalité de la production) de 150 E décidée par Terra Lacta n’est pas là pour aider lui non-plus» Et pourtant les importations se chiffrent à 90 millions de litres de lait pour l’année dernière. Preuve que «la collecte régionale et nationale n’est pas à  la hauteur des besoins des entreprises» a rajouté le président.

Lire la suite du dossier caprins dans notre édition papier du 8 avril : Se simplifier le travail, Conjoncture, l'assurance prairie, méteils grains

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).