L'Agriculteur Charentais 05 avril 2018 à 09h00 | Par AJ

Caprins : un marché porteur mais la filière doit se structurer

Après une crise de surproduction de 2008 à 2012, suivie par une pénurie, la filière chèvres laitières est aujourd’hui en situation de résilience.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des défis restent à relever afin d’assurer le renouvellement des générations et de pérenniser la collecte dans un contexte de consommation favorable.
Des défis restent à relever afin d’assurer le renouvellement des générations et de pérenniser la collecte dans un contexte de consommation favorable. - © © G. Perrin

«La filière chèvre a encore beaucoup de travail à faire», a déclaré René Vallet, vice-président de l’Aftaa, Association française des techniciens de l’alimentation et des productions animales, en conclusion de la session de formation dédiée aux chèvres laitières, organisée le 27 mars. Depuis 2015, les voyants sont au vert grâce à une reprise de la demande et «pour l’année 2017, un coût de production qui diminue enfin», selon Stéphane Laizin du centre de gestion Alteor Cogedis. Cependant, après une crise caprine qui a été rude de 2008 à 2013 du fait, tout d’abord de surstocks très importants puis d’une pénurie d’offre, le secteur se veut prudent quant à son développement, comme le souligne Benoît Baron de l’Institut de l’élevage.

Lire la suite du dossier complet dans notre édition du 6 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
6 428
Selon l’estimation de l’Observatoire régional de l’agriculture biologique (Orab), pour 2018, les chiffres laissent présager une croissance du nombre d’exploitation bio en Nouvelle-Aquitaine. D’ici la fin de l’année entre 1 100 et 1 200 nouveaux engagements (936 au 1er octobre) devraient être comptabilisés. Ce qui ferait un total de 6 428 exploitations bio.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui