L'Agriculteur Charentais 21 avril 2016 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Cemes Cesam : Quand le collectif est une force

Ne pas céder la morosité et montrer que le collectif possède de nombreux atouts.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pascal Charron, (trésorier), Pascale Croc (présidente) et Alexia Bauge (secrétaire),
Pascal Charron, (trésorier), Pascale Croc (présidente) et Alexia Bauge (secrétaire), - © AC

C’est au lycée le Petit Chadignac, à Saintes, que s’est tenue, fin mars, l’assemblée générale du Cemes-Cesam. Un moment dans la vie de ce cercle d’échange pour faire le bilan d’une «année de transition dans un contexte général agricole difficile». En quelques chiffres, la structure compte 336 adhérents, les demandes de matériel en location ou les prestations de service représentent 183 chantiers, pour un volume d’échange de plus de 81 000 E. L’activité d’approvisionnement en produits locaux a connu un nouveau tournant avec une nouvelle organisation (les producteurs livrent eux-mêmes leurs marchandises aux collectivités). Parmi les offres de service proposées, les commandes de fioul domestique et GNR ont connu un essor de 20 % comparé à 2014.

Lire la suite dans notre édition papier du 15 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.