L'Agriculteur Charentais 12 mars 2015 à 08h00 | Par V. Marmuse

Cercle d’échanges : Souplesse et simplicité du système

Vincent Métayer, agriculteur à Vérines, a adhéré, depuis l’an dernier, au Ceimpas. Il est déjà offreur de main d’oeuvre pour différents chantiers. Témoignage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Aller travailler dans différentes exploitations est enrichissant et formateur.
Aller travailler dans différentes exploitations est enrichissant et formateur. - © © V.Marmuse

Avec son exploitation située sur à Vérines, dans la plaine de l'Aunis, d’une SAU de 122 ha, avec un peu d'irrigation, Vincent Métayer a une activité de travaux à façon sur 30 ha. «Les principales cultures en place sont à dominante céréalière :  blé tendre, blé dur, orge d'hiver, orge de printemps, pois, colzas, tournesols et maïs. La spécificité de mon exploitation est la production  de semences autogames ou hybrides avec la coopérative Terre Atlantique» détaille l’exploitant, installé depuis 37 ans et qui travaille seul, depuis quatre ans. «En  2013/2014, j'ai eu un jeune en  apprentissage pour un  BTS "productions végétales". En septembre dernier, il est devenu salarié de mon EARL,  avec un projet d'association puis de transmission d'ici 3 ou 4 ans.»Au printemps dernier, il a adhéré au Ceimpas, cercle d’échange intercantonnal du Marais Poitevin, de l'Aunis et de la Saintonge.

Lire la suite dans notre édition du 13 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui