L'Agriculteur Charentais 23 avril 2015 à 08h00 | Par Thibaud Deschamps

Céréales à paille : Pour l’irrigation des céréales à paille, évaluer le déficit hydrique

La plupart des céréales se trouve au stade «3 nœuds» à «dernière feuille pointante». La période de valorisation de l’irrigation en cas de déficit hydrique est donc atteinte.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © JC Gütner

Sur les principaux postes météo de la région, le cumul des pluies du mois de mars est légèrement en retrait par rapport à la médiane des 20 dernières années, avec 11mm de moins en moyenne, soit un déficit de 16%. Le poste le plus sec, La Roche sur Yon (85), présente un déficit de 21mm par rapport à la médiane, soit un écart de 46%. Le poste le plus humide, La Péruse (16), présente un écart positif de 6mm de plus que la médiane, soit 15% de plus. Les pluies de la mi-avril ont été très hétérogènes, allant de 2 à 35 mm selon les postes météo.Les températures et les E.T.P. ont significativement augmenté depuis la fin de première semaine d’avril, accélérant ainsi le rythme de croissance des plantes et leur besoin en eau. En effet, les températures moyennes journalières sont maintenant comprises entre 11 et 19°C et les E.T.P. sont en moyenne de 3,2mm/jour (tableau 1), allant jusqu’à 4,5mm/jour. La consommation en eau des blés devient alors de l’ordre de 3,5 à 4,8mm/jour puisque le coefficient cultural (kc) prend une valeur de 1,2 à partir du stade 2 nœuds. En somme, cette semaine les blés ont consommé environ 25 à 30mm. Par conséquent, la réserve facilement utilisable est arrivée à épuisement vers la mi-avril dans sols superficiels et arrive à épuisement pour les sols moyens et profonds. Les pluies annoncées pourraient permettre de reconstituer les réserves.

Période de valorisation de l’irrigation en cas de déficit hydrique
La période d’irrigation et les règles de décision sont fonction du type de sol (réserve utile), de l’espèce et de son stade. Ainsi en cas de déficit hydrique sur blé tendre, l’irrigation est valorisée à partir du stade 2 nœuds en sols superficiels, mais seulement au stade 3 nœuds en sols profonds (tableau 2). 

Décider selon le type de sol et les pluies annoncées
Les pluies annoncées pourraient être significatives, attendre début de semaine pour prendre une décision. Conseil le plus fiable : utiliser un outil ou une méthode de pilotage pour décider de l’intérêt ou non de l’irrigation. En l’absence d’outil de pilotage : si les pluies sont supérieures à 25mm, les règles de déclenchement peuvent être retardées de 6-8 jours.En volume limitant :- Deux tours d’eau disponibles : positionner le 1er tour vers le stade  dernière feuille pointante» si besoin. Ce stade a été atteint entre le 15 et le 22 avril dans la plupart des situations, justifiant les débuts d’irrigation en sols moyens et superficiels déjà arrivés à l’épuisement de la RFU ;- Un tour d’eau disponible : attendre le stade «dernière feuille étalée -gonflement». Ce stade devrait être atteint au cours de cette dernière semaine d’avril. Décider selon les pluies. En volume non limitant : - Sols superficiels : les 1ers tours d’eau ont eu lieu après la mi-avril en sols très superficiels. Un deuxième tour d’eau sera nécessaire en l’absence de pluie, attendre ce début de semaine pour décider. - Sols moyens et profonds : attendre le début de semaine pour décider en fonction des pluies réalisées- Si un apport d’azote est prévu, le positionner juste avant le déclenchement de l’irrigation;

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
- 10 %
Malgré une superficie de culture de pommes de terre en hausse de 5 000 hectares en France cette année, la production a reculé de 9,6%, à 5,85 millions de tonnes, contre 6, 47 millions l’an dernier La production a fortement baissé en Picardie (-10,6%), dans le Nord Pas de Calais (-11,6%), en Alsace (-19,9%) et surtout en Haute Normandie (-25,9%). Ces chiffres concernent la pomme de terre dite de conservation, c’est-et pomme de terre industrielle.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui