L'Agriculteur Charentais 12 janvier 2017 à 08h00 | Par Christelle Picaud

Cerfrance Poitou-Charentes : Construire une offre à partir de la frustration des clients

Optimisme, qualité de service et esprit d’entreprendre étaient au menu de l’assemblée générale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Philippe Bloch est intervenu lors de l’assemblée générale.
Philippe Bloch est intervenu lors de l’assemblée générale. - © AGRI79

Anecdotes et citations s’enchaînent. Pendant une heure, Philippe Bloch, prononce un véritable plaidoyer en faveur de l’envie, de la responsabilité et de la confiance en l’avenir. Jeudi 15 décembre, salle de l’Hélianthe à la Crèche (Deux-Sèvres), une centaine de personnes, adhérentes ou collaboratrices du Cerfrance Poitou-Charentes, sourient, rient même parfois aux propos du conférencier. Les mots prononcés au cours de cette assemblée générale dédiée à l’optimisme au service de l’entreprenariat, font écho. Le public adhère à la vision des choses du fondateur de Colombus Café, auteur et chroniqueur sur BFM Business, résolument positif. «Il y a probablement dans cette attitude une part de qualités personnelles», note l’entrepreneur, capable «d’importer de l’angoisse et d’exporter de l’enthousiasme». Toutefois argumente-il au fil de son intervention, cette attitude se travaille.

Lire la suite dans notre édition papier du 6 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.