L'Agriculteur Charentais 17 juillet 2014 à 08h00 | Par Guillaume de Werbier

CESER : Quels territoires régionaux... demain?

Une méthode à marche forcée qui ne passe pas.Il y a de nouvelles propositions avec les députés.Mais rien n’est acquis d’avance dans ce nouveau jeu de cartes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Si le Ceser est favorable à une réforme territoriale, il prévient que «la nouvelle carte des régions ne doit pas être un préalable à la réforme des institutions».
Si le Ceser est favorable à une réforme territoriale, il prévient que «la nouvelle carte des régions ne doit pas être un préalable à la réforme des institutions». - © Guillaume de Werbier

Saisi, à l'initiative de Ségolène Royal, alors présidente de Région, sur le projet de réforme des Régions engagé par le Gouvernement, le Conseil économique, social et environnemental régional (Ceser) a présenté son rapport le 11 juillet dernier à l'Université de Poitiers.Les nouvelles délimitations de la carte des régions administratives sont encore loin d’être établies. Les propositions de l’État ne font toujours pas l’unanimité, à commencer dans notre région.  «D’un point de vue géographique, touristique, économique, la Charente est tournée vers l’Aquitaine. J’espère que les Parlementaires nous donnerons raison dans les jours qui viennent», martele le maire de Cognac. Michel Gourinchas s’est dit aussi étonné que la Région ne se prononce pas sur tel ou tel rapprochement. «Il n’y a pas de raison de le faire », lui a répondu Jean-François Macaire, président de la Région. «Le Poitou-Charentes n’est pas une République autonome. Nous sommes dans l’influence d’un certain nombre d’autres territoires qui ont aussi leurs exigences, leur vision.»Michel Boutant, président du Conseil général de Charente a emboîté le pas du maire de Cognac.


Lire la suite dans l'édition du 18 juillet 2014

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui