L'Agriculteur Charentais 22 juin 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

CGO : 30 ans sont passés…

Trentenaire, le centre de gestion perçoit les évolutions agricoles et les approches.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
1700 adhérents conviés à Saintes.
1700 adhérents conviés à Saintes. - © AC

Trois décennies que les comptabilités de plus de 4000 exploitations agricoles du département (auxquelles il convient d’ajouter les artisans et les commerçants) sont confiés au CGO. Né dans le constat que ce savoir-faire devait être délégué après l’affectation des factures et des chèques émis, depuis 30 ans, le CGO instille l’idée de gestion de l’exploitation agricole. Pas si simple, analyse aujourd’hui, avec le recul Jean-Louis Jouve son directeur actuel, il y ajoute des dizaines de formations dispensées, des milliers d’heures d’entretiens entre les comptables CGO et les conseillers de gestion, juridiques ou sociaux. «Peu d’activité économique est soumise à cet effet temps comme l’agriculture.» Des bonnes et des plus mauvaises se succèdent sur ces 30 ans. «A l’origine, la caisse du Crédit agricole avait créé Comptagri, dans les années 70, pour promouvoir la compta et l’informatique dans les exploitations…» débute le long récit de Jean-Luc Jouve. Passent trois décennies où d’affaire de femmes d’exploitants, la comptabilité et la gestion sont devenues affaire de chef d’entreprise.

Lire la suite dans notre édition papier du 16 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.