L'Agriculteur Charentais 08 décembre 2016 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Chambre d’agriculture : Des particularités à l’intérêt général

Un projet de mutualisation sur les rails et l’actualité économique et sociale au menu de la session.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Luc Servant a annoncé un nouvel organigramme pour 2017.
Luc Servant a annoncé un nouvel organigramme pour 2017. - © AC

Que fallait-il retenir de la nouvelle session de la Chambre d’agriculture de Charente-Maritime, lundi dernier ? L’annonce du rapprochement des chambres de Charente-Maritime et des Deux Sèvres ou la venue rare du préfet ? Les deux. La première n’était qu’une ébauche de ce qui pourrait être présenté en 2017 : un organigramme commun entre les deux chambres. Un directeur unique (actant le départ de Didier Gauchet), des pôles uniques et des cadres dirigeants uniques. Mais deux entités distinctes, deux budgets, des personnels toujours employés par les deux chambres. Luc Servant et Jean-Marc Renaudeau ont ainsi présenté les avantages opérationnels de cette chambre hybride. Le dossier devrait être clos mi-2017 et fera l’objet d’une session spéciale. Après avoir détaillé la «mécanique», les deux présidents ont répondu aux interrogations des élus consulaires.

Lire la suite dans l’édition papier du 2 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui