L'Agriculteur Charentais 13 juin 2013 à 16h04 | Par Bernard Aumailley

Chambre d’agriculture - Ils se constituent un bréviaire

Savoir ce que l’on défend et ne pas emprunter les chemins que l’on ne veut pas. La feuille de route écrite noir sur blanc.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © A-C

Les «nouveaux» élus consulaires continuent en session de la Chambre d’agriculture de passer en revue les services consulaires et les missions. C’était au tour de la formation et du département des productions raisonnées de détailler leurs missions. Outre les questions d’actualité qui interpellaient Christian Le Coz, DDTM, une partie de la matinée était consacrée «à partager» autour des valeurs que souhaite défendre cette nouvelle mandature. Suite à un séminaire de début mai, quatre grands chapitres ont été ainsi déterminés, reprenant «les axes d’action» que s’est fixée la Chambre pour les années à venir. C’est à la fois, un credo, mais aussi un bréviaire pour les élus consulaires amenés à représenter ou défendre les intérêts de la Chambre. Dans l’exiguïté financière de l’établissement consulaire, ces «valeurs» prennent un relief particulier. Interface entre société et monde productif agricole, elle décide d’accentuer ou de poursuivre la communication. Le fait est acquis. Mais cette «feuille de route», comme le souligne Luc Servant, son président, trace aussi la «voie» pour le développement de l’agriculture départementale : favoriser le dynamisme de la production, rechercher la valeur ajoutée, être «fédérateur d’accompagnement des agriculteurs en les responsabilisant.» La chambre sait ce qu’elle peut ou veut faire.

Lire la suite dans notre édition du 14 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 19 %
Une troisième année de hausse des surfaces se profile pour le sorgho en 2018-19 dans l’Hexagone, indique Semences de Provence (Arterris). Quelque 60 000 ha (+8 % par rapport à la moyenne quinquennale) ont été cultivés en 2018. Des régions moins traditionnelles portent la dynamique : Nouvelle-Aquitaine à 14 976 ha (+19 % sur 5 ans), Centre-Val de Loire à 9 700 ha (+46 %), Pays de la Loire à 3 555 ha (+49 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui