L'Agriculteur Charentais 02 mars 2017 à 08h00 | Par Sylvain Desgroppes

Chambre régionale : Assurer l'avenir

Gestion des risques, systèmes assurantiels et autres mécanismes contra-cycliques, sujets évoqués.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Joël Limouzin, vice-président FNSEA (deuxième en partant de la gauche), a longuement développé les niveaux de protection actuels
Joël Limouzin, vice-président FNSEA (deuxième en partant de la gauche), a longuement développé les niveaux de protection actuels - © Sylvain Desgroppes

C'est à l'initiative de la chambre régionale d'agriculture Nouvelle-Aquitaine qu'une réunion de réflexion se tenait à Bordeaux Sciences Agro le mardi 14 février. L'objectif étant de se pencher sur l'avenir de la PAC après 2020 autour du thème «régulation des marchés agricoles et gestion des risques : un défi incontournable pour la future PAC».
Un sujet plus que jamais d'actualité sur lequel des intervenants de tous bords (Etat, Région, Chambre, syndicat, assurance...) ont pu travailler lors de deux tables-rondes, l'une consacrée aux besoins des agriculteurs, l'autre aux travaux en cours du côté des organismes «fournisseurs potentiels» de solutions.

Risques divers
La charge d'ouvrir les débats a été confiée à Joël Limouzin. Un «voisin», lui qui est président de la chambre d'agriculture de la Vendée. Mais c'est au titre de vice-président de la FNSEA et de président du Fonds national agricole de Mutualisation Sanitaire et Environnementale (FMSE) que ce dernier est intervenu.

Lire la suite dans notre édition papier du 24 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
36,1 Mt
Il s’agit de la quantité de blé tendre attendue à l’issue de la moisson 2018, proche de celle de l’an dernier et légèrement supérieure à la moyenne de la période 2013/2017. Le blé dur, en revanche devrait voir sa production baisser de 12,2 %, en raison d’un rendement passant de 55,9 à 51,8 qx et d’une baisse des surfaces cultivées.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui