L'Agriculteur Charentais 03 avril 2014 à 09h55 | Par G.R

Chambre régionale d’agriculture - Le long chemin de la gestion collective de l’eau

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite Les présidents des Chambres d’agriculture départementales : Jean-Marc Renaudeau (Deux-Sèvres), Dominique Marchand (Vienne), Xavier Desouche ( Charente) et Luc Servant (Charente-Maritime).
De gauche à droite Les présidents des Chambres d’agriculture départementales : Jean-Marc Renaudeau (Deux-Sèvres), Dominique Marchand (Vienne), Xavier Desouche ( Charente) et Luc Servant (Charente-Maritime). - © Agri 79

On peut able dossier de l’eau dans la région, sous l’angle qualitatif et sous l’angle quantitatif. Dans le premier cas, c’est se plonger dans le nouveau programme de la directive nitrate. Et c’est ce qu’a fait la chambre régionale d’agriculture, le 31 mars. Ses membres ont dénoncé, «un dossier très compliqué», dont on mesure l’importance au nombre d’exploitations qui vont devoir investir à nouveau dans des installations de mise aux normes, avec des «charges supplémentaires pour des secteurs de l’élevage qui n’en ont pas besoin», commentait le président, Luc Servant.Mettre à l’ordre du jour l’aspect qualitatif de la gestion de l’eau, c’est faire le constat que les agriculteurs n’ont d’autre solution que celle de mettre en place des structures imposées par la loi. «A partir du moment où le processus se met en place, on se devait de s’impliquer», résumait Dominique Marchand. C’est alors peu de dire que la profession n’y va pas de gaieté de cœur. Mais l’enjeu est important pour les 4 000 exploitations qui irriguent, dont 80 qui sont concernées par les Organismes uniques de gestion collective de l’eau (lire L’Agriculteur Charentais du 7 février) désignés en 2013.

Lire la suite dans notre édition du 4 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
- 10 %
Malgré une superficie de culture de pommes de terre en hausse de 5 000 hectares en France cette année, la production a reculé de 9,6%, à 5,85 millions de tonnes, contre 6, 47 millions l’an dernier La production a fortement baissé en Picardie (-10,6%), dans le Nord Pas de Calais (-11,6%), en Alsace (-19,9%) et surtout en Haute Normandie (-25,9%). Ces chiffres concernent la pomme de terre dite de conservation, c’est-et pomme de terre industrielle.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui