L'Agriculteur Charentais 24 mars 2016 à 08h00 | Par Sylvain Desgroppes

Chambre régionale : Entre difficultés et espoirs

A la première session, un après-midi de débats a été consacré à la conjoncture économique agricole.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pierre Delfaud, professeur émérite en sciences économiques à l'université de Bordeaux, a présenté la grande région ALPC.
Pierre Delfaud, professeur émérite en sciences économiques à l'université de Bordeaux, a présenté la grande région ALPC. - © Sylvain Desgroppes

Ce vendredi 11 mars se tenait  à Bordeaux la première session de la chambre d'agriculture régionale Aquitaine Limousin Poitou-Charentes. Les élus ont profité de l'après-midi pour échanger autour de la conjoncture économique pour cette nouvelle région, poids lourd français et européen dans de nombreuses filières.
Les services de la DRAAF et de la chambre régionale d'agriculture ont présenté pour chacune des nombreuses filières de l'agriculture ALPC la dynamique actuelle et les enjeux pour 2016. Dans une ambiance plutôt morose où la plupart des filières sont en difficultés.
En cause, l'embargo russe qui bloque de nombreux marchés potentiels à l'export, les incertitudes autour du traité transatlantique, mais aussi le besoin d'une meilleure répartition de la valeur ajoutée, d'une simplification administrative, et d'une régulation des marchés.

Lire la suite dans notre édition papier du 18 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).