L'Agriculteur Charentais 03 mai 2018 à 11h00 | Par Emmanuel Deniaud

Chargeurs télescopiques, réglementation et manutention

Le chef d’exploitation agricole est responsable de la bonne utilisation de ces matériels. Celle-ci doit se faire dans le respect de cadre réglementaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La règle qui prédomine est que cet engin doit obligatoirement avoir une vérification générale périodique (VGP) à jour.
La règle qui prédomine est que cet engin doit obligatoirement avoir une vérification générale périodique (VGP) à jour. - © AC

Engin de manutention polyvalent, le chargeur télescopique nécessite d’être vérifié et entretenu pour garantir une utilisation en sécurité. Les salariés doivent être formés et autorisés par l’employeur à une conduite et utilisation appropriée, ils doivent veiller à leur propre sécurité ainsi qu’à la sécurité des autres personnes.

Vérification biannuelle
La règle qui prédomine est que cet engin doit obligatoirement avoir une vérification générale périodique (VGP) à jour. C’est une exigence du législateur - arrêté du 01 mars 2004 –  tout appareil de levage avec chargement de niveau significatif de la charge pendant son déplacement est soumis à une VGP».

Lire la suite dans notre édition papier du 4 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui