L'Agriculteur Charentais 29 janvier 2015 à 08h00 | Par JMD

Chasse des oies : Le feuilleton continue

Ségolène Royal déçoit les chasseurs de gibier d’eau, et la colère gronde.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour les chasseurs, les oies méritent d’être chassées en février en France plutôt que gazées en mars aux Pays Bas.
Pour les chasseurs, les oies méritent d’être chassées en février en France plutôt que gazées en mars aux Pays Bas. - © FDC17

Lors d’une entrevue obtenue  le 23 décembre dernier, la Fédération Nationale des Chasseurs (FNC) avait demandé officiellement à la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, de s’engager dans la mise en place d’une dérogation, afin que les chasseurs de gibier d’eau puissent chasser les 3 espèces d’oies sauvages jusqu’au 10 février 2015,  eu égard au très bon état de conservation de ces espèces. La FNC avait plaidé pour l’application du droit européen qui autorise l’utilisation de dérogations alors que l’administration française a toujours été très «peureuse» dans leur application, à la différence d’autres pays européens.

Dialogue de sourds
Le président de la FNC, Bernard Baudin, avait remis personnellement à Ségolène Royal un dossier très argumenté qui illustrait le caractère novateur et réaliste, du point de vue juridique et scientifique, de cette dérogation par rapport aux arrêtés précédents, en tenant compte des dernières études de l’ONCFS.Sous prétexte d’un risque de contentieux au Conseil d’Etat, et pour ne pas déplaire aux ONG anti-chasse, la ministre de l’Ecologie vient de confirmer  aux représentants des chasseurs son refus de prendre la dérogation qui lui était proposée.Elle s’en explique dans une lettre du 16 janvier, justifiant son refus par la position du Conseil d’Etat, et  justement par l’absence d’éléments nouveaux apportés par le rapport que lui a remis fin décembre l’Office national de la chasse et de la faune sauvage.Il n’en fallait pas davantage pour que les représentants des fédérations des chasseurs concernées crient au scandale, jugeant  que l’administration centrale du ministère de l’Ecologie a toujours été réfractaire aux évolutions favorables aux chasseurs en ce qui concerne les dates de chasse. Et d’avancer  que le contexte politique (Loi Macron, élections cantonales) amène la Majorité à «composer» beaucoup avec les Verts.
Lire la suite dans notre édition du 30 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
36,1 Mt
Il s’agit de la quantité de blé tendre attendue à l’issue de la moisson 2018, proche de celle de l’an dernier et légèrement supérieure à la moyenne de la période 2013/2017. Le blé dur, en revanche devrait voir sa production baisser de 12,2 %, en raison d’un rendement passant de 55,9 à 51,8 qx et d’une baisse des surfaces cultivées.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui