L'Agriculteur Charentais 21 août 2014 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Chasse : Finie sur le domaine maritime

Abonnez-vous Réagir Imprimer

«La LPO a tiré dans le dos des chasseurs.» C’est ainsi que débute un communiqué de la fédération départementale de la chasse. : «non contente de gérer les terrains du Conservatoire du Littoral classés en réserves naturelles à Yves et à Moëze, elle vient d’obtenir de Ségolène Royal un arbitrage scandaleux pour que la préfète réduise à une peau de chagrin le bail de chasse sur le Domaine Public Maritime (DPM).» En effet un arrêté, publié le 6 août, interdit la pratique de la chasse sur les vasières de Saint Froult et sur une partie de la baie d’Yves. La raison invoquée est celle de l’incompatibilité avec les autres utilisations du domaine public. «L’arrêté expulse les chasseurs pour ajouter aux réserves naturelles une nouvelle limite où la LPO souhaite régner sans partage en faisant payer au public la découverte du littoral où elle ne dispose pourtant d’aucun droit ni titre.»Cette chasse pratiquée sur «à peine 10% du littoral charentais» suppose un loyer annuel réclamé par l’Etat : 8200€. «Les chasseurs de l’ACM sont considérés comme des pigeons : contrairement à leurs homologues vendéens, ils vont subir une hausse du tarif de plus de 10 %, alors que leur territoire devient une coquille vide !» déclare son président Gilles Vignet.

Lire la suite dans notre édition du 22 août

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).