L'Agriculteur Charentais 24 avril 2014 à 09h40 | Par l'Agriculteur Charentais

Christiane Lambert - Glavany en catimini

1ère vice-présidente de la FNSEA

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © C. Gloria

C’est avec stupéfaction que nous avons appris, mardi 15 avril matin, que Jean Glavany (ancien ministre de l’Agriculture) avait déposé un amendement à la «Loi sur la simplification et la modernisation du droit dans le domaine de la justice et des affaires intérieures» pour changer la définition de l’animal dans le Code civil, pas moins !Cet amendement «cavalier» a été voté en plénière à l’Assemblée Nationale…14heures plus tard !La méthode est inacceptable dans une démocratie digne de ce nom : aucune concertation avec les représentants du secteur de l’élevage, alors que c’est à leur adresse que le président de la République avait clairement déclaré «son opposition à toute évolution du statut de l’animal» lors du Salon de l’Agriculture, il y a moins de 2 mois. Inacceptable aussi alors  qu’était débattu au même moment la Loi d’Avenir agricole au Sénat, qui traite des orientations agricoles.Inacceptable enfin parce qu’au prétexte de «simplification» du droit et d’harmonisation des Codes rural, civil et pénal, chacun a entendu Jean Glavany dire que «c’est un pied dans la porte…de sorte qu’elle reste ouverte», appuyé par la Garde des Sceaux : «c’est un pied dans la porte symbolique, mais la force du symbole est parfois très importante». Leurs intentions sont claires ! La vigilance s’impose donc  lors de la suite de l’examen de cette loi en Commission paritaire sous quelques jours. Faut-il considérer que c’est un couac de plus dans la «Couacothèque» du Gouvernement ? Non vraiment tout ceci mérite plus de sérieux et de discernement ! Nous ne sommes pas dupes et voyons bien l’intention affichée de prescriptions plus strictes sur les modes d’élevage, les attaques des associations les plus radicales et hostiles à certains modes d’élevage.Nous sommes ouverts au dialogue et progressistes, mais nous refusons un passage en force sur ces sujets sensibles socialement et …économiquement pour nous.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
444 M€
444 millions d’euros qui avaient été prélevés sur les paiements directs de la PAC, en prévision de la réserve de crise pour 2018, vont être remboursés aux agriculteurs européens, a annoncé la Commission européenne fin novembre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui