L'Agriculteur Charentais 25 août 2016 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Christophe Forget, pilote d’une grosse machine

Il vient d’être élu à la présidence d’Alliance Fine Champagne. Quelques défis à relever et des perspectives.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Christophe Forget est depuis quelques semaines le nouveau président de l’Alliance Fine Champagne, coop associée de Rémy Martin. Comme à l’ordinaire, l’ancien patron du SGV et de l’UGVC avoue qu’il n’y a aucun profil de carrière. «C’est une très belle coopérative qui compte un millier d’adhérents avec de belles valeurs de partenariat.» Adhérent de père en fils, du temps de Champaco depuis 1966, Christophe Forget met en avant la relation tenue entre la coopérative, actionnaire de Rémy Cointreau et la firme de cognac. Depuis un demi-siècle, la coopérative est présente dans le monde viticole cognaçais. Selon Christophe Forget, les défis d’Alliance Fine seront de «renforcer le partenariat avec les viticulteurs» et «les avancées technologiques.» Selon lui, «le développement durable est extrêmement important. La coopérative s’est engagée avec Rémy Martin dans cette démarche depuis deux ans à travers les formations HVE. L’AFC (Champaco-Prochacop) veut que les livreurs soient plus respectueux de l’environnement en les incitant à adhérer à cette démarche.»

Lire la suite dans notre édition du 19 août

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.