L'Agriculteur Charentais 23 août 2018 à 10h00 | Par Bernard Aumailley

Circuits courts : «C’est la qualité qu’on recherche, pas le prix bas»

Proposer des produits locaux dans l’assiette : un concept qui séduit mais qui impose de trouver de nouvelles méthodes. La cuisine centrale de Rochefort utilise déjà ce système au quotidien.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Il ne suffit pas d’en parler de manière incantatoire : pour passer à la pratique dans le domaine des circuits courts, les collectivités locales vont devoir revoir totalement leurs habitudes. Une quasi-révolution dans un domaine où l’on est habitué aux raccourcis commerciaux avec les fournisseurs. Mais certaines ont déjà franchi le pas.
C’est le cas de la Cuisine Rochefort Océan (CRO), qui distribue et concocte 2 000 repas par jour, essentiellement pour les groupes scolaires (67 %) de Rochefort, Lussant, Moragne, Saint-Nazaire-sur-Charente, Saint-Laurent-de-la-Prée et Breuil-Magné. En tout, onze collectivités sont adhérentes au SIVU, créé en 2014 après le départ de l’hôpital rochefortais, et dont la cuisine Rochefort Océan est le pilote administratif (estimation annuelle des besoins, bordereau de prix unique en ligne à destination des produteurs, autonomie des collectivités dans les commandes et les livraisons). Arrivé à la même époque, le directeur de la cuisine Patrice Poirier avait alors lancé une réflexion sur la valeur ajoutée des produits. Une idée venue naturellement à ce fervent partisan de la fourniture locale, animateur d’une association nationale, Agores.

Lire la suite du dossier : Cuisine Rochefort Océan, plus de 17 dans l'assiette, le GAEC Chagneaud  et les cantines, l'offre existe selon la chambre d'agriculture dans notre édition papier du 24 août

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
6 428
Selon l’estimation de l’Observatoire régional de l’agriculture biologique (Orab), pour 2018, les chiffres laissent présager une croissance du nombre d’exploitation bio en Nouvelle-Aquitaine. D’ici la fin de l’année entre 1 100 et 1 200 nouveaux engagements (936 au 1er octobre) devraient être comptabilisés. Ce qui ferait un total de 6 428 exploitations bio.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui