L'Agriculteur Charentais 16 juin 2016 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Circuits courts : Les locavores sont là et demandeurs. L’offre devra se structurer

Les «initiatives», certes concluantes, doivent en Charente-Maritime se pérenniser. Un schéma départemental est en gestation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Chambre d'Agriculture 17

Ils «monopolisent» le discours médiatique. Effet de mode que les consommateurs relayent. Lorsque les crises agricoles se succèdent, les circuits courts apparaissent comme des «solutions.» La dernière session de la Chambre d’agriculture, qui leur était consacrée, a replacé cet engouement dans le contexte, mais aussi pour bien cerner les limites des systèmes inventés. «Les circuits courts dans l’esprit du grand public sont souvent synonymes de simplicité, de tradition, de petites dimensions, d’artisanat nécessitent tout d’abord autant de structuration, d’organisation, de connaissances, d’études et de moyens matériels que d’autres productions agricoles ou non» annonçait-on en préambule à cette longue matinée de débat, entre élus consulaires et élus de CdC ou CdA présents.

Lire l'ensemble du dossier sur les circuits courts dans notre édition papier du 10 juin : exemple avec le CEMES, les magasins fermiers, l'interview de Jacques Mathé

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).