L'Agriculteur Charentais 09 juillet 2015 à 08h00 | Par Actuagri

Climat : Le changement de pratiques, c’est maintenant

Le monde agricole doit désormais mutualiser ses expériences. C’est tout l’enjeu auquel entendent répondre les chambres d’Agriculture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En Poitou-Charentes depuis 25 ans, les agriculteurs ont avancé les semis de maïs d’une semaine par décennie : une bonne adaptation au changement climatique, à condition de ne pas utiliser des variétés de plus en plus tardives.
En Poitou-Charentes depuis 25 ans, les agriculteurs ont avancé les semis de maïs d’une semaine par décennie : une bonne adaptation au changement climatique, à condition de ne pas utiliser des variétés de plus en plus tardives. - © P. CHAUVEL (CDA 85)

Le monde agricole ne reste pas les bras croisés face au bouleversement induit par le changement climatique. L’amélioration des techniques culturales et une bonne gestion des prairies en vue de séquestrer davantage de carbone ainsi que la lutte contre la déforestation confèrent à l’agriculture et à la forêt un rôle important dans la réduction des émissions des gaz à effet de serre (GES). Il reste maintenant à mobiliser et diffuser plus largement les bonnes pratiques, comme l’ont rappelé les participants à la conférence «Agriculteurs et changement climatique» organisée le 1er juillet, à Paris par les chambres d’Agriculture (APCA) et l’Association française des journalistes agricoles (Afja). 

Lire la suite dans notre édition du 10 juillet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.