L'Agriculteur Charentais 30 avril 2015 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

CNAOC : Introduire l'innovation dans la réglementation

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Changement climatique et impératifs environnementaux obligent, la Confédération des appellations viticoles (Cnaoc) à chercher à introduire l'innovation dans la réglementation des AOC. À son congrès à Sancerre, le responsable du pôle «vin» de l'INAO (Institut national de l'origine et de la qualité), Éric Rosaz, a indiqué que «non, le cahier des charges des AOC n'est pas un carcan, les règles ne sont pas inamovibles». Il a ajouté que le cadre pour commercialiser le vin produit dans le cadre d'expérimentations n'existe pas encore, mais il s'est fait l'écho de cette demande des professionnels. Sébastien Couderc, conseiller technique du ministre de l'Agriculture chargé des filières végétales, a précisé que la loi d'avenir prévoit de faciliter l'expérimentation liée aux terroirs, le vin en étant l'exemple type. «Je suis partisan d'un travail pour faire évoluer la réglementation», a souligné Laurent Audeguin, spécialiste de l'amélioration variétale à l'IFV (Institut français de la vigne et du vin).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui