L'Agriculteur Charentais 30 avril 2015 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

CNAOC : Introduire l'innovation dans la réglementation

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Changement climatique et impératifs environnementaux obligent, la Confédération des appellations viticoles (Cnaoc) à chercher à introduire l'innovation dans la réglementation des AOC. À son congrès à Sancerre, le responsable du pôle «vin» de l'INAO (Institut national de l'origine et de la qualité), Éric Rosaz, a indiqué que «non, le cahier des charges des AOC n'est pas un carcan, les règles ne sont pas inamovibles». Il a ajouté que le cadre pour commercialiser le vin produit dans le cadre d'expérimentations n'existe pas encore, mais il s'est fait l'écho de cette demande des professionnels. Sébastien Couderc, conseiller technique du ministre de l'Agriculture chargé des filières végétales, a précisé que la loi d'avenir prévoit de faciliter l'expérimentation liée aux terroirs, le vin en étant l'exemple type. «Je suis partisan d'un travail pour faire évoluer la réglementation», a souligné Laurent Audeguin, spécialiste de l'amélioration variétale à l'IFV (Institut français de la vigne et du vin).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui