L'Agriculteur Charentais 25 février 2016 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Cognac : Tu me calcules à donf, là !

Les sorties augmentent, la récolte 2015 aussi. Alors la machine à calculs chauffe. Réflexions actuelles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Les réunions en soirée de l’UGVC sont un classique dans la propagation des discussions. Il est en une qui comme à chaque fois prend toute son emphase à mesure que les bois sont taillés… de combien le rendement cognac sera-t-il cette année ? Comme à l’ordinaire les avis divergent : entre viticulteurs, entre négociants, entre bouilleurs de crus ou de profession. Plus que l’an passé ? Moins ? Pareil ? Couvrir les demandes en jeunes qualités sans laisser les vieux comptes est le dilemme actuel.
La seule «focalisation» sur le chiffre du rendement cognac semble être dépassée à écouter les leaders de la viticulture charentaise. Pour Jean-Bernard de Larquier, «nous avons actuellement un outil qui permet de calculer le rendement cognac. Nous travaillons aujourd’hui pour qu’il soit plus en phase avec le business plan. Mais nous ne sommes pas arrivés à une position commune au sein de l’interprofession.»

Lire l'avis de JB de Larquier et S Roy dans notre édition papier du 19 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

9 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
64 900
La filière Elevage et Viande participe à la vie du territoire néo-aquitain. Elle représente 64900 emplois (25 % des emplois français du secteur) soit : 42 300 pour le secteur de l'élevage ; 700 pour le secteur de la mise en marchés ; 4 000 pour le secteur de l'abattage et de la transformation et du commerce de gros ; 17 900 pour le secteur de la distribution (boucheries artisanales, supermarchés, restauration).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui