L'Agriculteur Charentais 09 juin 2016 à 08h00 | Par Sylvie Beausse

Colza : La lutte contre l'orobanche doit s'effectuer dans le bon ordre

La lutte contre l'orobanche rameuse n'est pas aisée, mais pour Terre Inovia qui surveille et met des essais en place, des leviers existent à condition de les actionner dans l'ordre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les trois leviers de lutte contre l'orobanche sont à actionner dans le bon ordre, agronomie et mesures prophylactiques, variété à bon comportement  et herbicides disponibles pour les variétés Clearfield
Les trois leviers de lutte contre l'orobanche sont à actionner dans le bon ordre, agronomie et mesures prophylactiques, variété à bon comportement et herbicides disponibles pour les variétés Clearfield - © SB

Terre Inovia avait invité le 24 mai les fournisseurs et agriculteurs pour faire le point sur une parcelle de colza à Sainte Ouenne (79) où sont menés des essais de lutte agronomique, variétale et chimique contre l'orobanche rameuse. Alors que dans le même secteur les années précédentes, les visiteurs pouvait voir facilement les effets de l’orobanche bien développée sur des colzas rabougris, cette année, elle daignait juste pointer son nez sous les pieds de colza à la date de la visite. Si le parasite est plus ou moins développé selon les années, les déclarations de présence sur les parcelles par les agriculteurs sur le site de Terre Inovia montre bien que les parcelles impactées progressent et que l'on en trouve dans tout le Poitou-Charentes Vendée dans les zones céréalières.

Lire la suite dans notre édition papier du 3 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui