L'Agriculteur Charentais 05 avril 2018 à 10h00 | Par E. Tourton

Colza : Les conditions climatiques ne sont pas favorables aux méligèthes

Les conditions météo de ces derniers jours ne sont pas favorables aux vols significatifs de méligèthes (pluies, vent, températures faibles pour la saison).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les stades des parcelles sont variables selon les secteurs
Les stades des parcelles sont variables selon les secteurs - © AC

Les stades des parcelles sont variables selon les secteurs.Plus au sud de la zone, certains colzas peuvent voir dépassé le stade de sensibilité puisque les premières fleurs sont apparues mais la vigilance reste de mise surtout si la floraison ne s’engage pas franchement. Plus au nord, les stades sont plus autour de boutons accolés (D1) et le stade boutons séparés (E), pleine période de sensibilité du colza vis- à- vis des méligèthes. Certains ont intégré quelques pourcentages de variétés très précoces ou précoce fleurissant en amont (type ES Alicia ou Troubadour). Même si ces variétés sont en fleurs, il est important de surveiller le reste de la parcelle s’il n’est pas fleuri.

Lire la suite dans notre édition du 6 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui