L'Agriculteur Charentais 13 juillet 2017 à 08h00 | Par Gilles Sauzet

Colzas : Associer son colza à des légumineuses gélives

La qualité de l’implantation n’est pas une loterie. Mais de nombreux critères viennent conforter les chances de réussite. Notamment en l’associant.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Dans des milieux à faible disponibilité en azote du sol, avec des risques fréquents de ravageurs et des pressions adventices élevées (rotations courtes notamment), les performances du colza sont aléatoires et totalement dépendantes de la qualité d’implantation et de l’efficacité non systématique des intrants.
L’association des légumineuses gélives au colza peut contribuer à améliorer la fertilité des sols, à perturber les insectes d’automne  (grosses altises, charançons), à limiter la nuisibilité provoquée par les larves durant l’hiver et, sous certaines conditions, à diminuer la concurrence des adventices.
Par ailleurs, en sols hydromorphe, l’intégration de féveroles dans l’association a permis de faciliter le drainage et de limiter de façon surprenante l’anoxie racinaire, très préjudiciable au colza.

Lire la suite dans notre édition papier du 14 juillet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.