L'Agriculteur Charentais 14 juin 2018 à 09h00 | Par Elodie Tourton

Colzas : Sélectionner les critères utiles

Qu’est-ce qui prévaut au choix ? Que faut-il ou pas privilégier. Réponse d’Elodie Tourton, ingénieure régionale de Terres Inovia.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Ingénieure régionale de Terres Inovia, Elodie Tourton planche sur les cultures de colza pour le Poitou-Charentes- Vendée et le Limousin. Selon elle, «le progrès génétique du colza permet aujourd’hui de gérer le risque phoma. Les variétés TPS phoma groupe I sont à privilégier, sans oublier les variétés TPS phoma groupe II. » Mais ce qui prime en ce moment, ce sont les interrogations autour de la lutte contre les altises : «les problématiques de grosses altises s’intensifient en région en fréquence et en intensité, les dates de semis devraient se précocifier pour esquiver les morsures des adultes à l’automne.» Elle précise que «cette stratégie augmente le risque d’élongation, il faut donc éviter les variétés fortement sensibles.» Elle préconise une solution : «pour se prémunir des dégâts larvaires en sortie d’hiver, sélectionner une variété précoce à reprise, les gelées tardives restent inhabituelles. »

Lire le dossier complet : critères de choix des variétés, lutter contre les altises, dans notre édition papier du 15 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
32,4 ME Mt
En 2017, en Nouvelle-Aquitaine, 1 815 projets ont ainsi été soutenus dans le cadre du Plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles (PCAE), pour un montant global de 32,4 ME (Région, État, Europe, Agence de l’eau…). Ce plan, harmonisé en 2017 à l’échelle des trois ex-régions, déploie désormais un «panier» de dix dispositifs distincts et complémentaires, sous forme d’appels à projets annuels, afin d'’accompagner les agriculteurs au plus près de leurs besoins.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui