L'Agriculteur Charentais 07 mai 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Commerce extérieur : En dehors des bouteilles de cognac

L’exportation régionale se cache derrière les boissons. Mais il y a si peu à cacher.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Christaine Barret, préfète de région et Serge Duyrat, directeur régional des Douanes.
Christaine Barret, préfète de région et Serge Duyrat, directeur régional des Douanes. - © AC

Bien sûr que les expéditions de cognac pèsent lourds, les chiffres du commerce extérieur régional fléchissent en 2014 : - 25,4 %. Cela s’était déjà tassé en 2013. Le niveau est quand même important : 12,8 milliards d’euros en France, dont un tiers en Poitou-Charentes. «La part du Poitou-Charentes dans les échanges globaux du pays représente désormais 1,39 % contre 1,49 % en 2013 et 1,47 % en 2012» analyse Serge Duyrat, directeur régional des Douanes en Poitou Charentes. «C’est en partie à cause de sa forte baisse, plus importante qu’au niveau national, et sa représentativité au niveau national.» En deux mots, le Poitou Charentes, en dehors des alcools n’est toujours pas une région exportatrice. «La balance commerciale régionale demeure excédentaire, solde positif qui est caractéristique durant la dernière décennie» ajoute-t-il, même après la très forte augmentation de 2012 où presque un tiers supplémentaire en valeur d’exportations avait été constaté. En 2014, il manque 300 M€ de valeurs pour retrouver le niveau de 2013. On avait été au «plus bas en 2008.» On est en baisse dans la région, alors qu’en France, en 2014 on notait une progression. «Cependant cet excédent commercial reste appréciable en 2014. Il classe la région en cinquième position nationale.»

Lire la suite dans notre édition du 8 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui