L'Agriculteur Charentais 19 février 2015 à 08h00 | Par Marc Nicolle

Commerce extérieur : L’export moins bon en 2014

L’exportation de vins et spiritueux a été en retrait en 2014, mais toujours au-dessus des 10 Mrd E.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Christophe Navarre, président de la FEVS.
Christophe Navarre, président de la FEVS. - © FEVS

L’exportation de vins et spiritueux s’est repliée de 2,8% en 2014, tout en restant pour la quatrième année consécutive au-dessus du seuil des 10 Mrd€. Lors de son point annuel sur le commerce extérieur des vins et spiritueux, la FEVS a indiqué que les exportations françaises de vins et spiritueux se sont élevées à 10,7 Mrd € : 7,4 imputables au vin, 3,3 du fait des spiritueux. Le record avait été atteint en 2012, avec 7,8 Mrd € et 3,6 Mrd respectivement, soit 11,4 Mrd €. Le solde exportateur est de 9,5 Mrd €, soit le premier poste excédentaire de l’agroalimentaire, dont le solde positif s’est établi à 9,2 Mrd € l’an dernier. C’est aussi le troisième poste excédentaire de la balance commerciale de la France, a commenté Christophe Navarre, président de la FEVS. 
Creux de la production et perte des marchésLe repli de 2,8% des exportations s’explique en partie par les moindres ventes françaises en Chine (-17,4%, à 681 millions d’euros, M€) du fait de la politique anti-ostentation du gouvernement chinois. Il est dû aussi à la forte diminution des exportations vers le Royaume-Uni (-10,4%, à 1,319 Mrd€), le marché britannique, réputé mature et connaisseur des vins du monde entier, se tournant vers des productions moins chères que l’origine française. Il est dû surtout au manque de disponibilités de vin après les petites vendanges de 2012 et 2013. «Nous avons raté beaucoup d’affaires à cause du manque de disponibilités de vin», a précisé Louis-Fabrice Latour, co-président du Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB) et précédemment président de la FEVS. Pour 2015, la FEVS est confiante.

Lire la suite dans notre édition du 20 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

27-09-2018 | L'Agriculteur Charentais

Céréales

Voir tous

Le chiffre de la semaine
- 10,6 %
A la fin juillet 2018, le cumul sur douze mois du nombre de défaillances d’entreprises (tous secteurs d’activité confondus) s’est élevé à 53 000, soit une baisse de 4,7 % sur un an, indique la Banque de France dans un communiqué un 11 octobre. «Les secteurs de l’agriculture, des activités immobilières et de l’industrie enregistrent les plus forts reculs du nombre de défaillances cumulées sur douze mois (respectivement - 10,6 %, - 6,8 % et - 6,6  %).» Les défaillances diminuent aussi dans la construction (- 6,4 %) mais elles augmentent dans les transports et l’entreposage (+ 8,7 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui