L'Agriculteur Charentais 30 octobre 2014 à 08h00 | Par Actuagri

Commerce : Vers plus de transparence et d’apaisement

L’agroalimentaire dénonce régulièrement la guerre des prix des enseignes de la GMS. Réunion de l’ensemble des acteurs le 23 octobre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Le gouvernement l’affirme depuis quelque temps : la guerre des prix de la grande distribution ne peut plus durer. A quelques jours de la rencontre entre l’ensemble des acteurs de la filière, Manuel Valls rappelait encore au Sial le risque «de nourrir le mouvement de déflation qui menace l’activité économique» et «qui menace aussi l’emploi». Le 23 octobre, producteurs, industriels de l’agroalimentaire et distributeurs se sont donc réunis sous l’égide des ministres de l’Economie, de l’Agriculture, et de la secrétaire d’Etat au Commerce, Carole Delga. Dans «un état d’esprit constructif», a commenté Stéphane Le Foll à l’issue de la réunion, corroboré par le ministre de l’Economie Emmanuel Macron qui a souligné «une discussion apaisée». 

Autorité de la concurrence
Xavier Beulin, président de la FNSEA, a lui aussi fait le constat d’une «volonté de trouver des solutions de part et d’autre». La concentration des centrales d’achat, qu’Emmanuel Macron reconnaît comme un sujet «d’inquiétude pour les fournisseurs», sera analysée par l’Autorité de la concurrence même «s’il ne s’agit pas de regroupements capitalistiques», mais «pour que l’esprit de transparence règne», précise le ministre. Une transparence également demandée pour le suivi du CICE qui ne doit pas être intégré aux baisses de prix dans le cadre des négociations, comme certains distributeurs semblent vouloir le faire.

Lire la suite dans notre édition du 31 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui