L'Agriculteur Charentais 26 mai 2016 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Communication : L’éleveur, la charolaise, la GMS, ensemble pour les Rencontres Made In Viande

Julien Rouger, éleveur à Chermignac, participe à l’opération les Rencontres Made In viande. Il est allé samedi dernier à Saintes, à l’Hyper U, à la rencontre des consommateurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’éleveur, Julien Rouger, Mickaël Chauvet, directeur de l’Hyper U à Saintes et Bruno Caillaud, responsable du secteur boucherie à Coop Atlantique.
L’éleveur, Julien Rouger, Mickaël Chauvet, directeur de l’Hyper U à Saintes et Bruno Caillaud, responsable du secteur boucherie à Coop Atlantique. - © AC

Ce samedi 21 mai, la deuxième édition  «les Rencontres Made In viande» orchestrée, en Poitou-Charentes, par Interbev Poitou-Charentes, débute et ce, jusqu’au mercredi 25 mai. Une occasion pour le public de partir à la (re)découverte de « l’étable à la table »(1). Parmi les éleveurs participant à cet évènement, Julien Rouger, éleveur et viticulteur à Chermignac. Ce samedi, il arborera sa casquette de «communicant», à l’hyper U de Saintes, dès le matin. «Je serai au rayon boucherie traditionnelle pour parler de la charolaise, proposée à la vente et provenant de mon exploitation, de l’alimentation de mon élevage, de la traçabilité, de mon métier.» explique le jeune agriculteur, plutôt loquace et ravi de rencontrer les consommateurs. «Il me semble important d’expliquer aux clients nos pratiques, d’établir un dialogue, de leur  (re)donner confiance» avance le président Jeunes Agriculteurs 17. Une opération communication qui convient bien aussi à Mickaël Chauvet, directeur du magasin et à Bruno Caillaud, responsable de la filière boucherie à Coop Atlantique(2) et également membre d’Interbev Poitou-Charentes.

Lire la suite dans notre édition papier du 20 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.