L'Agriculteur Charentais 02 juillet 2015 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Communication : L’été, un guide, des mardis du cognac

17 mardis, 34 animations : les viticulteurs se mobilisent pour séduire les touristes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’équipe des Etapes du Cognac : Hugues Chapon (président), Marie Robion (secrétaire), Delphine Boyer (chargée de développement) et Emilie Baudry (chargée de communication).
L’équipe des Etapes du Cognac : Hugues Chapon (président), Marie Robion (secrétaire), Delphine Boyer (chargée de développement) et Emilie Baudry (chargée de communication). - © AC

Voilà maintenant six ans que l’association les Etapes du Cognac édite un guide les «Mardis du Cognac», à l’arrivée de l’été. Pour cette nouvelle édition, 34 animations oenotouristiques sont proposées jusqu’en septembre, sur les deux Charentes... pour 17 mardis ! «Ce jour a été choisi afin de s’adapter aux touristes. Ils arrivent le week-end, prennent le temps de s’installer. Par la suite, ils programment leurs sorties» explique Hugues Chapon, le président de l’association qui compte 117 adhérents. «Nous proposons des animations pour tout le monde. On vient enrichir les visites à la propriété, avec des temps forts et différents, qui ressemblent aux gens. Il s’agit aussi d’avoir une offre complémentaire afin que les touristes se dirigent sur plusieurs sites» souligne avec enthousiasme Emilie Baudry, la chargée de communication.  Un travail a été réalisé sur la qualification de l’offre. Et les animations sont répertoriées par secteur géographique.

Lire la suite dans notre édition du 3 juillet

L’Oenotourisme, une carte à jouer

A l’issue du lancement du nouveau guide, l’association était en assemblée générale, à Archiac, à la Maison de la vigne et des saveurs, le lundi 22 juin. Hugues Chapon, le président s’est félicité de l’entrée au conseil d’administration du syndicat des vins de pays charentais et du comité du Pineau : «cela montre l’importance de cultiver la richesse de notre terroir d’être multi-produits».  Même enthousiasme, avec le BNIC, dont il fait remarquer «la volonté de l’interprofession d’aller de l’avant et d’augmenter son implication dans l’oenotourisme.» Cependant, il point une ombre au tableau : la base des adhérents. Certains viticulteurs ne trouvent pas de repreneurs  et l’offre peut s’appauvrit. Mais le président se veut optimiste eu égard à une dizaine de nouveaux projets que la structure accompagne. Rencontrer d’autres territoires viticoles, c’est aussi plus d’adhérents, plus d’offres et une meilleure autonomie. Autre point souligné, le déficit de notoriété dans la masse des médias. Il invite donc les interprofessions à «s’approprier le vecteur de l’oenotourisme pour faire parler de nos produits à travers la promotion du territoire et de l’homme qui y travaille.» Et il leur demande «de prendre la mesure de ce besoin à proportion de leurs moyens et d’inscrire dès demain dans leur stratégie de communication, le volet touristique.» Pour lui, cet axe, «peut être le départ d’une vision commune de ces trois fantastiques produits qui font notre fierté.»
Lire la suite de l'encadré dans notre édition du 3 juillet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
80 000 téc
Selon une estimation de l’Institut de l’élevage (Idele), datée de septembre 2016, ce ne sont pas moins de 80 000 tonnes équivalents carcasses (téc) supplémentaires qui devraient arriver sur le marché européen, sur les six derniers mois de l’année de 2016 par rapport à 2015. D’après l’Idele, la hausse des tonnages abattus en France, Allemagne, Royaume-Uni, Irlande, Pays-Bas, Pologne, Belgique et Danemark, «atteindrait +30 000 téc par rapport à 2015 au 3e trimestre (soit +7%/2015) et +50 000 téc au 4e trimestre (soit +10%/2015) ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui