L'Agriculteur Charentais 23 avril 2015 à 08h00 | Par laurence Guilemin

Concilier agriculture performante et qualité de l’eau avec Azur en Poitou-Charentes

Coop de France Poitou-Charentes, la Chambre d’agriculture Poitou-Charentes et le Négoce agricole Centre Atlantique ont élaboré le programme Azur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le programme Azur permet de remettre la question de la qualité de l’eau dans les mains du monde agricole : Chambres d’agricultures, Coopératives, Négoce agricole et agriculteurs.
Le programme Azur permet de remettre la question de la qualité de l’eau dans les mains du monde agricole : Chambres d’agricultures, Coopératives, Négoce agricole et agriculteurs. - © AC

La profession agricole montre, une fois de plus, qu’elle est soucieuse de la qualité de l’eau, à travers l’engagement que viennent de prendre la Chambre régionale d’agriculture, Coop de France Poitou-Charentes et le Négoce agricole Centre Atlantique, avec la mise en place d’une charte : Azur en Poitou-Charentes. C’est le résultat d’un travail en commun depuis un peu plus d’un an. «La qualité de l’eau est contestée en Poitou-Charentes, avec des problématiques de présence de nitrates, de produits phytosanitaires. L’alimentation en eau potable de la population est un enjeu fort » souligne Luc Servant, président de la Chambre régionale d’agriculture. Un programme d’actions relatif à la qualité de l’eau existe au niveau des captages d’eau potable les plus sensibles depuis le début des années 2000, avec le programme Re-Sources. Beaucoup de programmes ont été mis en oeuvre, (Directive Nitrates, Ecophyto 1, Ecophyto 2), mais on est loin des objectifs à atteindre. Les agriculteurs mènent des actions, mais ils sont désabusés face à des contraintes de plus en plus lourdes, à des réglementations qui se multiplient, et les résultats ne sont pas là. «Une réflexion, menée par l’ensemble de la profession agricole, est de se réapproprier la qualité de l’eau, à tous les échelons. Tout en ayant la priorité de la production avec la problématique de l’équilibre économique des exploitations agricoles et des filières» poursuit Luc Servant. Cette démarche Azur doit s’articuler avec le projet Re-Sources.  

Objectif : 85 % d’agriculteurs impliqués
Le programme Azur est un socle de mesures respectueuses de la qualité de l’eau, cohérentes avec les objectifs de production agricole et généralisable à l’ensemble des agriculteurs d’un bassin versant.

Lire la suite dans notre édition du 24 avril

Sept mesures
Limiter les transferts de nitrates

1 - Définir des objectifs de rendements réalistes -  appui des partenaires techniques pour définir les objectifs  de rendements réalistes - constitution de référentiels d’objectifs de rendement par bassin pour chaque culture et type de sol
2 - Quantifier l’azote minéral dans le sol- Valoriser au mieux les analyses demandées par la directive nitrates- Mettre en place un réseau de reliquats azotés en sortie d’hiver entre les organismes de conseil 
3 - Affiner le calcul de la dose d’azote- Appui à l’estimation de l’azote absorbé par la culture : mesures directes ou utilisation d’un outil de pilotage- Mesurer la teneur en nitrates de l’eau d’irrigation
4 - Pilotage et fractionnement- Promotion des outils innovants de pilotage- Proposition de modalités de fractionnement par culture- Sur blés, mise en place de bandes double densité pour le 1er apport- Sur blés, réserver 40 kgN/ha minimum pour ajuster la dose totale par pilotage
5 - Tirer profit des couverts végétaux- Adapter le choix du couvert à la situation de la parcelle- Estimer la restitution d’azote par les couverts végétaux
6- Valoriser les produits organiques- Préciser les quantités épandues en organisant des campagnes de pesées- Développer l’analyse des effluents organiques
7 - Évaluer les performances- Sur le risque de transfert de nitrates- Sur les résultats technico-économiques

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
371 440
C'est le nombre de dossiers Pac télédéclarés affiché par le ministère de l'Agriculture au lendemain de la date butoir de déclaration, le 15 juin. 99 % des dossiers ont ainsi été déclarés dans les temps. Les retardataires pourront déclarer jusqu'au 11 juillet, «moyennant une réduction de l'aide, proportionnelle au retard».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui