L'Agriculteur Charentais 20 mars 2014 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Concours - Trouver le dosage équilibré

Qu’ils soient en long drink ou en short drink, les cocktails autour du pineau ont su étonner et surprendre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une harmonie dans les arômes sans déstructurer le pineau.
Une harmonie dans les arômes sans déstructurer le pineau. - © AC

L’exercice n’est pas facile : juger des cocktails ! Mardi 18 mars, le lycée hôtelier de La Rochelle accueillait la 10ème édition du concours pineau des Charentes. Les douze participants, venant de lycées hôteliers de toute la France, ont présenté deux cocktails de création originale, à base de pineau blanc et rouge, long et short drink sur le thème : «Le pineau des Charentes en cocktails : les grands classiques revisités». Pendant toute la matinée, verres, shaker, bouteilles, jus de fruits, fruits frais, glace, plantes aromatiques, sont passés dans les mains des candidats. Un jury technique a noté le travail réalisé par les candidats, en un temps donné. Puis, un second jury a noté la dégustation. Au total, 24 cocktails ont été jugés selon trois critères : l’aspect, l’arôme, le goût et l’arrière-goût. On apprécie ainsi, le remplissage du verre, la décoration,  la couleur, également le parfum, la fraîcheur, un nez agréable et subtil, équilibré, non excessif mais aussi la force alcoolique équilibrée, le goût agréable et subtil. Chacun rivalise d’imagination pour que, dans un premier temps,   visuellement, l’ensemble soit beau et original, harmonieux. Dans un second temps, la surprise est parfois au rendez-vous : un décalage entre l’arôme et le gustatif.

Lire la suite dans notre édition du 21 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui