L'Agriculteur Charentais 08 décembre 2016 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Conférence agricole départementale : La valorisation de l’agriculture est-elle affaire de niches ?

Chercher les modes rémunérations et créateurs de valeur ajoutée locale était au fronton de la huitième version. Des exemples, mais pas de tendances.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Elle est loin de prendre des allures de grande messe, même si le rendez-vous, le huitième du genre, est convenu. Tout le landerneau agricole départemental vient à la fois écouter et dire. Dire les difficultés du moment, mettre l’accent sur ce qui a coincé récemment ou coincera dans les semaines à venir. Co-présidée par le président de la Chambre d’agriculture et le Conseil départemental, cette conférence agricole commence toujours par une vue panoramique. Comme pour se rassurer du poids de l’agriculture dans l’économie de la Charente-Maritime. Mais la conférence agricole est surtout là pour marteler le soutien sans faille, notamment avec la subvention à la chambre, du Conseil départemental Témoin, la présence de certains élus départementaux au milieu des participants d’OPA ou agriculteurs.

Lire la suite dans l’édition papier du 2 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui