L'Agriculteur Charentais 01 septembre 2016 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

conférence table ronde

Le Muséum d'histoire naturelle de La Rochelle organise dans le cadre de son exposition sur le climat une conférence table ronde avec Jean-Louis Durand (INRA), Benoît BIteau ( Agriculteur et conseiller régional) et Yvette Thomas (agricultrice, responsable coopérative)

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Samedi 3 septembre, bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle de La Rochelle, 15 h.
Samedi 3 septembre, bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle de La Rochelle, 15 h. - © JC Gutner

Le climat va-t-il  changer notre agriculture ?

Le réchauffement climatique est une réalité. L’agriculture participe au quart des émissions mondiales de gaz à effet de serre, 19 % en France. Quelques degrés en moyenne de plus peuvent changer la donne pour notre agriculture régionale : des cultures souffrant de canicule, des cépages peu adaptés à ces degrés supplémentaires, des élevages moins émetteurs de GES. Faudra-t-il utiliser une autre vigne pour faire le cognac ? Même le stockage de l’eau en hiver suffira-t-il pour produire ? Des maladies des plantes pourraient-elles exclure certaines cultures en Aunis et en Saintonge ? La stagnation des rendements céréaliers est-elle une première conséquence ? Notre gestion actuelle des sols est-elle adaptée à ce réchauffement ? les fruits seront-ils mûrs plus tôt ? La pluviométrie n’obérera-t-elle pas nos chances de produire local ?

Les questions de l’impact du changement climatique pose de réelles interrogations au monde agricole et aux consommateurs. Et inversement, comment réduire l’impact de l’agriculture, climato-dépendante, dans le réchauffement climatique ? L’agriculture peut fixer du carbone par la photosynthèse.

Le Muséum propose en partenariat avec l’Agriculteur Charentais et la radio RCF deux heures d’une conférence table ronde avec la participation de Jean Louis Durand, directeur d’unité INRA Poitou Charentes et des agriculteurs locaux (Yvette Thomas, céréalière-présidente de la fédération régionale des coopératives et Benoit Biteau, éleveur-céréalier bio, conseiller régional)

Le futur de notre agriculture locale s’écrit-il dans le thermomètre ?

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).