L'Agriculteur Charentais 14 avril 2016 à 08h00 | Par Actuagri

Congrès FNSEA : Le ministre dans la tourmente

Stéphane Le Foll a été chahuté et hué pendant tout son discours par des responsables agricoles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Stéphane Le Foll a déroulé la totalité de ses propos, imperturbable, sous le brouhaha et les chahuts des congressistes dont certains avaient ouvert des parapluies en tournant le dos à la tribune pour signifier que le ministre ne répondait pas à leurs attentes.
Stéphane Le Foll a déroulé la totalité de ses propos, imperturbable, sous le brouhaha et les chahuts des congressistes dont certains avaient ouvert des parapluies en tournant le dos à la tribune pour signifier que le ministre ne répondait pas à leurs attentes. - © Actuagri

«Les responsables agricoles ont le sentiment qu’on leur tourne le dos», a déclaré le président de la FNSEA, Xavier Beulin, à l’adresse du ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, qui venait de terminer son discours devant le 70 ème congrès de la FNSEA, qui s’est déroulé à Laval, les 30, 31 mars et 1er avril. Accueilli sous les huées, Stéphane Le Foll a déroulé la totalité de ses propos, imperturbable, sous le brouhaha et les chahuts des congressistes dont certains avaient ouvert des parapluies en tournant le dos à la tribune pour signifier que le ministre ne répondait pas à leurs attentes. Dès le départ, Xavier Beulin avait donné le ton. «Je ne peux taire les désaccords qui sont les nôtres. Nous avons un passif, Monsieur le ministre», l'a-t’ il interpellé à plusieurs reprises. Avant de faire l’inventaire dans un discours sans concession de tous les sujets de mécontentement, même s’il a reconnu, ici et là, quelques avancées. Ainsi en est-il de la mise en œuvre de l’année blanche, même si des instructions récentes viennent de sortir. «Le texte ne nous convient pas», a martelé le président de la FNSEA.

Lire la suite dans notre édition papier du 8 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui