L'Agriculteur Charentais 11 janvier 2018 à 08h00 | Par THIERRY MICHEL

CONJONCTURE : 2018 se présente bien économiquement parlant

Tout n’est pas rose mais des facteurs convergents laissent augurer d’une année à venir plutôt dynamique. Tour d’horizon.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En 2018, production agricole et production agroalimentaire retrouveront un peu des couleurs même si le cours des matières premières agricoles ne devrait pas vraiment augmenter.
En 2018, production agricole et production agroalimentaire retrouveront un peu des couleurs même si le cours des matières premières agricoles ne devrait pas vraiment augmenter. - © RÉUSSIR/VINCENT MARMUSE

Les principaux moteurs de l’économie mondiale sont en phase et la croissance a accéléré à son plus haut niveau en trois ans au troisième tri-mestre, à plus de 3,5 % en rythme annualisé. Cette reprise paraît solide » écrivent les analystes de Xerfi Previsis, spécialiste des études économiques secto-rielles dans leur « Conjoncture et prévisions pour l’entreprise » de décembre/janvier 2018. 2017 a marqué l’année de la fin de la consolidation budgétaire, du désendettement des entreprises et des ménages et les différentes zones économiques (à l’exclu-sion du Royaume-Uni) sont en phase dans la dynamique globale.

Lire la suite dans notre édition du 12 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.