L'Agriculteur Charentais 30 avril 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Conseil départemental : Les femmes y sont pour quelque chose

Session budgétaire menée tambour battant et nouvelle méthode de gouvernance .

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Pour les habitués de l’hémicycle départemental, les réélus hommes des binômes, les repères ont changé. Pas seulement l’alternance physique des sièges, un homme, une femme, mais c’est toute la physionomie de l’assemblée qui change. On y nomme aussi souvent des prénoms féminins, même si en dehors des vice-présidentes Sylvie Marcilly et Corinne Imbert (sortantes), seule notablement Marylsie Fleuret Pagnoux (aussi sortante) se fit entendre. Mais elles sont bien là et en témoigne leur travail dans les commissions. Outre cet aspect, cette session a entériné un budget qui avait été mis sous le boisseau durant plus de quatre mois, faute de définition complète des compétences du nouveau conseil départemental, par volonté politique du président sortant. Il a été voté à une large majorité (34 voix sur 54, 10 absentions, 10 contre). Un budget «primitif»  de 937 M€ (260 M€ en investissements et 676 M€ en fonctionnement) qui va donc «lancer» le département dans la réalisation de ses actions 2015, même si pour bon nombre de subventions des avances avaient été consenties.

Lire la suite dans notre édition du 1er mai

La troisième commission développement durable, agriculture et ruralité. De gauche à droite :  Michèle Bazin, Gérard Gay,  Françoise de Roffignac, Robert Chatelier (président), Pascal Ferchaud.
La troisième commission développement durable, agriculture et ruralité. De gauche à droite : Michèle Bazin, Gérard Gay, Françoise de Roffignac, Robert Chatelier (président), Pascal Ferchaud. - © AC

La troisième commission présentait 18 rapports qui ont tous reçu l’accord de l’assemblée, suscitant ici ou là quelques remarques. Notamment un refus «temporaire» de subventionner le prochain congrès de la SAFER à la Rochelle en décembre prochain ou une meilleure coordination de la FDGedon avec les Deux Sèvres. Toutefois Pascal Ferchaud a réclamé une meilleure «transparence» dans l’utilisation de la dotation à la Chambre d’agriculture (627 K€) estimant plus pertinent l’appui à des actions ponctuelles qu’une subvention globale. Dominique Bussereau a promis de soumettre à l’assemblée le «détail» de cette subvention. On trouve également un abondement de 52 K€ pour la rénovation des bâtiments d’élevage, 30K€ pour le PVE, 80 K€ pour l’aide à la diversification, 11 K€ pour la réduction des pollutions des eaux, 75 K€ pour la plantation des haies. Le Conseil départemental va encore promouvoir le bio dans les cantines des collèges. On parle aussi d’une nouvelle convention cadre sur la forêt et d’un schéma pour le bois énergie.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).