L'Agriculteur Charentais 18 décembre 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Conseil général : De l’usage de la démocratie

Dernière séance avant ravalement et budget toujours en suspend.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Lionel Quillet
Lionel Quillet - © AC

Les 50 conseillers généraux vivent leur dernière session. Après ce sont les conseillers départementaux, issus de binômes masculin-féminin des cantons nouveaux qui siégeront. Mais pour savoir ce qu’ils «feront», en un mot leurs compétences, il faut attendre que la loi NOTRe soit votée. Manuel Valls a mis le turbo (procédure accélérée) pour arriver in fine à de nouvelles instances aux contours déterminées avant les élections des 22 et 29 mars prochains. La procédure accélérée lève les délais minimums accordés aux deux Assemblées pour l’examen du texte en première lecture : 6 semaines entre le dépôt du texte et son examen en séance par la première Assemblée saisie, puis quatre semaines entre la transmission du texte et son examen par la seconde Assemblée saisie. La discussion générale du texte a commencé donc mardi au Sénat. Au cœur du débat, pas les Départements, mais les agglomérations. Dans ce «flou» Dominique Bussereau ajoute le manque à gagner des dotations de l’Etat non versées, des compensations pour l’aide sociale aussi non versée. Il l’a redit en séance d’ouverture. Une critique non voilé de la gouvernance de l’Etat ou du non-respect de la parole (notamment sur la future autoroute A831.
Lire la suite dans notre édition du 19 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
60 %
Au 1er mai, 60 % des nappes phréatiques affichent un niveau modérément haut à très haut, 21 % modérément bas à très bas, 19 % dans la moyenne, indique le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières), soulignant une «recharge efficace» grâce aux pluies de début 2018.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui