L'Agriculteur Charentais 01 mai 2014 à 11h04 | Par Bernard Aumailley

Conseil général - Littoral et transports

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La session d’hiver du Conseil général s’est achevée, vendredi dernier. Le printemps n’est pas arrivé pour les conseillers généraux ! L’Assemblée départementale a adopté un programme exceptionnel de soutien aux mytiliculteurs touchés par la surmortalité des moules adultes. Lors de cette session Lionel Quillet a fait aussi un bilan d’étape sur le plan digue et la protection du littoral. Après les intempéries de janvier 2014, 36 chantiers ont été entrepris ou vont l’être. 27 d’entre eux sont sous maîtrise d’ouvrage du Conseil général. Le coût total se monte à 4,1 M€ ; le Département et les collectivités concernées financent ces travaux à hauteur de 35 chacun, et l’Etat à hauteur de 30.Sur le Plan digue, les travaux ont déjà été réalisés ou sont en cours à Charron (Bas Bizet et digue ouest), Port-des-Barques et Ars-en-Ré (digue du Boutillon). «Pour les 5-6 ans à venir, l’ensemble de la façade littorale dispose actuellement de 9 PAPI labellisés, pour un montant de 146 M€. L’autorisation de programme 2012-2017 votée en décembre 2011 s’élève à 125 M€ et permettra de financer 115M€ de travaux sous maîtrise d’ouvrage départementale et 10 M€ sous maîtrise d’ouvrage d’autres collectivités» soulignait Lionel Quillet.

Lire la suite dans notre édition du 2 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui