L'Agriculteur Charentais 06 novembre 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Conseil général : Sauver la ruralité

Quid de l’intervention économique du département ? Difficile question, réponse tout autant.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Une première session d’automne (un autre aura lieu en décembre) qui comme les autres s’annonçait modeste. Si ce n’était le débat qui s’est instauré sur l’intervention économique du Département. En jeu, la reprise des établissements Lecuiller à Tonnay Boutonne. Ce fabricant de meubles en contreplaqué connaît des difficultés. Une trentaine d’emplois sont en jeu. Dans le plan de reprise, 540 K€ d’aides des collectivités locales sont demandées aux côtés des nouveaux repreneurs et d’une participation de l’ancien propriétaire (fait sans précédent). Tributaire d’une décision à venir du tribunal de commerce de Bordeaux, l’entreprise attend beaucoup de ces soutiens. Ils ont provoqué le débat. Côté majorité départementale, où Jean-Louis Frot reconnaît un «dossier difficile», on met en avant la sauvegarde de l’emploi en milieu rural : «30 emplois à Tonnay Boutonne, cela vaut 600 à La Rochelle.» Côté opposition, on dit oui, mais on tique sur les risques de ne pas recouvrer l’aide in fine. Un pari sur l’intervention qui transcende l’hémicycle départemental : chaque conseiller sait bien que l’effet levier est important. «Nous ne sommes pas posés la question lorsqu’il s’agissait de sauver Dufour l’an dernier» admoneste Jean-Louis Frot en vieux briscard de l’action économique. «Si vous ne voulez pas prendre de risques, restez chez vous!»  Finalement, les réticents voteront, tous bords confondus. Il a fallu un Lionnel Quillet pour dire que le Papi de l’Estuaire tarde, même si le SAGE, piloté par le Simddest, est avancé, pour donner un autre biais à cette session.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 19 %
Une troisième année de hausse des surfaces se profile pour le sorgho en 2018-19 dans l’Hexagone, indique Semences de Provence (Arterris). Quelque 60 000 ha (+8 % par rapport à la moyenne quinquennale) ont été cultivés en 2018. Des régions moins traditionnelles portent la dynamique : Nouvelle-Aquitaine à 14 976 ha (+19 % sur 5 ans), Centre-Val de Loire à 9 700 ha (+46 %), Pays de la Loire à 3 555 ha (+49 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui