L'Agriculteur Charentais 19 février 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Conseils départementaux : Vous irez voter en mars prochain

Dans les 27 nouveaux cantons, 234 candidats, dont seulement 30 sortants.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Les 22 et 29 mars, les «nouveaux cantons» sont appelés à élire leurs conseils départementaux pour constituer le «nouveau Conseil général» rebaptisé conseil départemental. La nouveauté, outre celle du redécoupage plus vaste des cantons, est celle des binômes, un homme et une femme (ou l’inverse), comme candidats et idem pour leur suppléant. C’est un scrutin binominal mixte majoritaire à deux tours. Avec la loi de mai 2013 sur l’élection des conseillers départementaux, l’assemblée qui dirige le département prend le nom de conseil départemental : «le conseil départemental est l’assemblée délibérante du département en tant que collectivité territoriale, formée par la réunion des conseillers départementaux. Les conseillers départementaux sont élus pour six ans. Il se réunit au moins une fois par trimestre, à l’initiative de son président, ou à la demande de la commission permanente (composée du président et de 4 à 15 vice-présidents) ou du tiers de ses membres, sur un ordre du jour déterminé. La majorité absolue de ses membres est nécessaire pour que ses délibérations, entendues ici au sens de décisions prises par l’assemblée, soient valables.» Voilà pour le cadre général de fonctionnement. Mais à moins d’un mois de l’élection, les compétences restent encore floues pour bon nombre d’électeurs. Il faut noter que la récente loi NOTre, qui répartit les compétences entre Régions (nouvelles), Etat, Intercommunalités et communes vient juste d’être votée par le Sénat et doit encore, cette semaine être discutée par l’Assemblée nationale, après bien des allers-retours. Mais une chose est sûre, pas de clause de compétence générale pour ces nouveaux conseils départementaux, comme pour les nouvelles Régions.
Lire la suite dans notre édition du 27 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 19 %
Une troisième année de hausse des surfaces se profile pour le sorgho en 2018-19 dans l’Hexagone, indique Semences de Provence (Arterris). Quelque 60 000 ha (+8 % par rapport à la moyenne quinquennale) ont été cultivés en 2018. Des régions moins traditionnelles portent la dynamique : Nouvelle-Aquitaine à 14 976 ha (+19 % sur 5 ans), Centre-Val de Loire à 9 700 ha (+46 %), Pays de la Loire à 3 555 ha (+49 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui