L'Agriculteur Charentais 16 octobre 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Contrat vendanges : Remise en question égale mobilisation

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Depuis 2001, il existait le « contrat vendanges » inscrit dans le Code rural. Cette sorte de CDD était pratique. 30 000 contrats sont ainsi signés en France au moment des vendanges. Ce sont les deux tiers des contrats saisonniers. Et ils sont mieux payés que d’autres CDD. Selon la MSA des Charentes, en 2013, il y avait 1200 contrats, pour 15 jours en moyenne. Selon une enquête de l’UGVC, il s’agit plutôt de 3 à 4 semaines C’était sans la remise en question récente de ces « contrats vendanges »  dans le projet de loi des finances. On veut surtout mettre fin à l’exonération fiscale qui l’assortit. 20 M€ « d’économies » compensées par la suppression de la première tranche d’impôt sur le revenu pour les saisonniers et de crédit d’impôt compétitivité. « Réponse insuffisante à la suppression » s’est insurgé le député Didier Quentin, dans une lettre à Stéphane Le Foll. Côté UGVC, on souligne le danger du simple recours à l’emploi saisonnier : salaire moins attractif, coût de main d’œuvre plus élevé.

Lire la suite dans notre édition du 17 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).