L'Agriculteur Charentais 10 avril 2014 à 09h58 | Par CP

Contrôle de performance - La rentabilité permet à la passion de l’élevage de durée

L’outil propose différents niveaux de services dont le conseil technico-économique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Eleveurs et techniciens "un duo gagnant" récompensé par challenge des Sabots. Marilleau Nicolas, Christian Bourdeau (Président), Alain Aminot, Patrice Bodin (Technicien), Dany Martin, Fabrice Pottier (Technicien), Francis Tirton, Vincent Remaud (Technicien), Daniel Ravon (Technicien), Jean-Paul Guibert (vice-président).
Eleveurs et techniciens "un duo gagnant" récompensé par challenge des Sabots. Marilleau Nicolas, Christian Bourdeau (Président), Alain Aminot, Patrice Bodin (Technicien), Dany Martin, Fabrice Pottier (Technicien), Francis Tirton, Vincent Remaud (Technicien), Daniel Ravon (Technicien), Jean-Paul Guibert (vice-président). - © Agri79

«Ne nous y trompons pas. La production de viande bovine ne restera sur nos territoires que si les éleveurs tirent un revenu de leur activité». Christian Bourdeau pose par ces quelques mots les ambitions de l’outil de performance qu’il préside. Ces deux dernières années, dans l’unique objectif d’améliorer la pertinence tant dans le suivi des élevages qu’en terme de conseils pratiqués auprès des éleveurs adhérents, Bovins Croissance a osé et réussi sa restructuration. Entre les Deux-Sèvres et la Vendée d’abord en 2012 puis avec la Charente-Maritime en 2013, les services départementaux ont fusionné. 49 adhérents charentais maritimes sont dans le suivi vaches allaitantes, 13 pour les génisses laitières et 4 en suivi taurillons. "Cette dimension nous donne les moyens de développer des prestations de qualité", juge le président créditant son propos de cette réalité présentée aux adhérents mercredi 2 avril à Epannes à l'occasion de l’assemblée générale de l’outil. «Alors que le nombre d'exploitations d'élevage est en baisse, le nombre d'adhérents se maintient. L’effectif d’animaux que nous suivions augmente. Une tendance qui s'explique par l'agrandissement des élevages".En 2013, Bovins Croissance Sèvres Vendée Conseils travaillait avec 694 exploitations.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui