L'Agriculteur Charentais 23 avril 2015 à 08h00 | Par Elisabeth Hersand

Convention Agrifaune : La chasse aux bonnes idées pour la faune et la biodiversité

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Pierre Poly, directeur général de l’office national de la chasse et de la faune sauvage, Guy Guédon, président de la fédération régionale des chasseurs, et Luc Servant, président de la chambre régionale d’agriculture, ont signé la convention Agrifaune.
Jean-Pierre Poly, directeur général de l’office national de la chasse et de la faune sauvage, Guy Guédon, président de la fédération régionale des chasseurs, et Luc Servant, président de la chambre régionale d’agriculture, ont signé la convention Agrifaune. - © VR

Déjà présent dans de nombreuses régions françaises, le dispositif «Agrifaune», qui permet d’agir en faveur de la biodiversité sur des terrains agricoles soucieux de produire, tout en favorisant la faune et la flore, vient de faire l’objet d’une convention en Poitou-Charentes. La chambre régionale d’agriculture, la fédération régionale des chasseurs et l’office national de la chasse et de la faune sauvage ont en effet co-signé, mardi dernier, un engagement de travail en commun, pour une durée de trois ans. «L’idée c’est de travailler ensemble, dans l’intérêt de tous : agriculteurs, chasseurs, mais aussi pour le binne de l’environnement» explique Luc Servant.
Lire la suite dans notre édition du 24 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
36,1 Mt
Il s’agit de la quantité de blé tendre attendue à l’issue de la moisson 2018, proche de celle de l’an dernier et légèrement supérieure à la moyenne de la période 2013/2017. Le blé dur, en revanche devrait voir sa production baisser de 12,2 %, en raison d’un rendement passant de 55,9 à 51,8 qx et d’une baisse des surfaces cultivées.